Mediaephile, Reconstitution Médiévale & Histoire Expérimentale   Bienvenue, Invité. SVP Connexion  
  *===== 21/06/17  Les   I N S C R I P T I O N S   sont   D E F I N I T I V E M E N T   C L O S E S =====*  La mode des forums est passée, cet espace redevient ce qu'il a été au début (un répertoire personnel de favoris). Les inscrits ont conservé leur accès, pour peu qu'ils se connectent régulièrement (la purge des 200j sans connexion est maintenue).  RDV (ou pas !) sur facebook https://www.facebook.com/pg/Mediaephile-...; ou sur Twitter @Eodhel  
  AccueilAideChercherConnexion  
 
Page Index Toggle Pages: 1
Envoyer le fil Imprimer
Les "sources" (Read 3 207 times)
Eodhel
Admin
Déconnecté


Aut disce aut discede
(aprends ou va-t'en)

Posts: 19 464
Chateauneuf de Grasse (F-06)
Les "sources"
01/28/09 à 09:48:08
 
Ce terme est emprunté à ceux qui mènent des investigations structurées : scientifiques, police, certains journalistes.

Au singulier, "une source" désigne une personne, ou une institution qui est à l'origine d'un ensemble d'informations, et non l'information elle-même.
Au pluriel, par extension, le terme peut désigner directement un ensemble d'informations.

Il est particulièrement ridicule de dire "une source" pour désigner une simple image, mais le hobby est friand de raccourcis qui donnent l'illusion du sérieux Cheesy.
Dans le cas d'une image, la "source" sera la référence complète : par exemple  le manuscrit, son titre usuel,  sa cote, son auteur,  le folio concerné et le lieu de conservation. En aucun cas, ce sera simplement une image hors contexte.

Une petite définition tirée de wikipédia  (avec laquelle je ne suis pas 100% d'accord ^^  (la référence est une source) )
"Une source ou source d'information est l'origine d'une information. Le concept de « source » ne doit pas être confondu avec celui de « référence ». Une référence ne prétend qu'à l'identification objective et raisonnée d'éléments bibliographiques, dont le nom de l'auteur, relatifs au document. Quant à la source, elle permet de porter un jugement sur la validité d’une information puisqu’elle tend à déceler et à rendre compte des intentions des médias producteurs d’information. Autrement dit : se renseigner sur la source, c’est s’intéresser à la nature et au lieu originel de discours d’une information. Cela permet, entre autres, de mettre en évidence sa véracité, sa pertinence, et l’utilité de son utilisation."


Niveau de confiance à accorder aux "sources" d'information :

Pour notre hobby comme dans la vraie vie , il y a trois catégories de sources :
-   celle des sources primaires, qui sont des documents de première main, c'est à dire faisant apparaître des informations brutes ;
-   celle des sources secondaires, qui sont des documents fondés sur des sources primaires et qui réalisent un travail de synthèse, de recoupement, d'analyse, de reformulation, de confrontations, etc. d'informations de sources primaires ;
-  celle des sources tertiaires, qui sont une sélection et une compilation de sources primaires et secondaires.


Pour nous, les sources primaires seront les artefacts de fouilles, les pièces de musées et les écrits contemporains de la période considérée. Ce sont les informations à privilégier.
En sources secondaires : les illustrations, sculptures, peintures, dessins contemporains de la période considérée, ainsi que les travaux d'observations, recensement, regroupement des historiens (diplômés en Histoire) basés sur l'étude de  sources primaires (voire secondaires). Ces informations sont indispensables au simple amateur qui n'est ni paléographe ni latiniste ni linguiste.
En sources tertiaires : les articles de vulgarisation, les commentaires, les analyses, les interprétations d'érudits (et non se prétendant tels).


Le niveau "tertiaire" est prendre en compte avec circonspection (le plus souvent, la partie la plus intéressante sera la bibliographie utilisée si on a la chance qu'elle soit citée).
A partir de ce niveau, les "sources" ne sont plus vraiment fiables et peuvent se révéler parfaitement fantaisistes : "articles" ressemblant à des exposés scolaires incomplets, interprétation personnelles fragmentaires.

Les magazines sont rarement mieux que des sources tertiaires. La qualité est très variable entre deux éditeurs, et également très variable au sein d'un même numéro.
Back to top
 

Mieux vaut être petit chez les grands que grand chez les petits - ISO addict
Eodhel  
IP Logged
 
Eodhel
Admin
Déconnecté


Aut disce aut discede
(aprends ou va-t'en)

Posts: 19 464
Chateauneuf de Grasse (F-06)
Re: Les "sources"
Reply #1 - 10/02/16 à 20:18:21
 
Je déterre ce vieux post pour préciser que certains "magazines" ou certaines "publications" sont à fuir comme la peste.

Précisons également qu'il y a, surtout pour notre hobby,  une énorme différence entre Histoire et "Histoire de l'Art".
Pour notre hobby, l'Histoire de l'Art est à l'Histoire ce que la psychanalyse est aux Sciences Naturelles : de l'intellectualisation à outrance.

Ce qui nous aidera le plus, ce seront les analyses, écrits et informations provenant d'historiens et d'archéologues.

Aussi, lorsque vous choisissez un ouvrage, identifiez bien l'auteur, enquêtez, vérifiez qu'ils s'agit d'un  historien (rattaché à une fac d'Histoire) et non un "historien de l'art" (il est facile d'omettre la seconde partie "pour aller plus vite" (ou pour instiller du flou....) )

De la même façon, vérifiez rapidement les "diplômes" : l'escroc qui vous annonce "vous devez me croire, parce que je suis docteur(e) et  j'ai publié une thèse" avait sûrement un sujet de recherche très intéressant ; n'oubliez pas de demander lequel... (et s'il concerne un peintre moderne : fuyez ! Smiley  )
Back to top
 

Mieux vaut être petit chez les grands que grand chez les petits - ISO addict
Eodhel  
IP Logged
 
Page Index Toggle Pages: 1
Envoyer le fil Imprimer